COMPASSION ET SOLIDARITE SANS FRONTIERES

Publié le par Humanitas

300 dollars américains et un message d'encouragement, c'est le contenu d'une enveloppe envoyée à partir de Tshumbe au Kasai Oriental, par une volontaire française, mlle Martine Bergé, en mission dans ce diocèse, aux orphelins de Mwanda-Katana, au Sud-Kivu.C’est ce Mardi 17 février 2009, en milieu de journée, que les enfants orphelins de Katana ont reçu en visite surprise, le Président de la shirika Ruzizi, Anatole BASHUGI, porteur d’un message de réconfort de Mlle Martine Bergé, une volontaire française en charge de l’administration financière de la Caritas diocésaine de Tshumbe, au Kasai Oriental. Le message d’encouragement s’accompagne d’une enveloppe de 300$ que les sœurs responsables de l’orphelinat ont réceptionnée avec joie. Et pour la petite histoire, à la fin de l’année dernière la shirika de la Ruzizi était en visite à Katana. A cette occasion, des vivres et non vivres étaient remis aux pensionnaires estimés à une cinquantaine, et les membres de la shirika avaient promis aux enfants de revenir. Mais voilà qu’avant de réaliser cette promesse, le Président de la shirika effectue une mission dans le diocèse de Tshumbe, avec dans son portable, des photos des orphelins de Katana. Lors des échanges avec Mlle Martine Bergé, vraisemblablement engagée à la cause des orphelins, Mr Anatole Bashugi va montrer ces photos qui ont provoqué la compassion de Mle Martine. Très touchée, elle a fait un geste symbolique que les sœurs ont apprécié à sa juste valeur : 300$ et ses coordonnées pour faciliter les contacts en vue des interventions futures. Il fallait aussi de la compassion et des moyens supplémentaires pour effectuer plus de 60 Km sur une route à vous casser le dos et les lames pour que le don de Martine arrive aux bénéficiaires ! Et qui a dit que l’amour a des frontières ? Au contraire, il donne des ailes et rend tout possible! Des enfants qui relient les hommes et les communautés, c’est aussi le credo de Humanitas qui était témoin de ce geste de solidarité qui matérialise le pont entre Bukavu, Katana, Tshumbe et la France. Ensemble, c’est possible !




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article